Partagez|

Only need the light when it's burning low. (Emily)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Indentité
WE ARE GOLDEN

ICI DEPUIS LE : 11/08/2014 MESSAGES : 279 ≈ ÂGE : 27
≈ DANS LA VIE : Étudiant en droit
≈ QUARTIER : Paris sud. Triangle de Choisy. Ouais china town mon chou.
Mes liens

Voir le profil de l'utilisateur
posté Mar 18 Nov - 22:45

Le temps passe. Lentement. Tu ne sais quoi lui dire. tu ne sais comment lui dire. Tu sais que t'es là et que ça ne lui plaît pas. Ou plutôt, ce qui ne lui plaît pas, c'est de croire que tu le fais pour éviter ton programme de base. Parce que t'es pas clair. parce que t'es un putain d'apathique et que t'es pas foutu de savoir c'que tu ressens. Et t'es là. T'es là et tu la regarde. Depuis quand vous êtes rentré. Tu n'en sais rien. Mais elle n'a pas desserré les lèvres. Elle fait la gueule. Juste à cause de toi. Parce que t'as pas été malin. Parce que t'as pas été gentil. tu n'sais pas pourquoi tu t'en tire mal. Ou tu sais. Oui, tu fais exprès, peut être. Parce que tu ne veux pas qu'elle s'attache. Et ça semble fonctionner. Plus vous vous voyez et plus elle semble te détester. Et toi, toi tu continue à cultiver ce dégoût. Au lieu de la rapprocher de toi. Au lieu de la rassurer. Tu la détruis, encore. Tu ne sais faire que ça, peut être. Détruire. Tu ne sais pas quoi faire. Et ça te saoule. La situation là te saoule. Elle fait la gueule et ça t'énerve. Tu supportes pas ça. Si n'avait pas été elle t'aurai déjà ouvert la bouche. Les mots seraient déjà tomber. Durs, froids, crus. Sans aucuns scrupules. Mais non. Pas avec elle. Il y a quelque chose qui te retiens. Et tu n'arrive pas à savoir quoi. Ou peut être qu'au fond, tu ne veux pas savoir.

Il commence à faire nuit tu commence à avoir faim. Elle aussi, surement peut être qu'elle te le cache. Tu n'en sais rien. Quoiqu'il en soit, c'est maintenant qu'elle commence la nuit. Nuit qui va sans doutes vous paraître longue, à tous les deux. Et pourtant. Pourtant ça te déplaît pas, d'être là, avec elle. Bien qu'elle sois vexé. Tu finis par craquer. Tu lâche un soupire et tu la regardes. « T'as faim ? J'fais un truc où je commande ? » Au fond, tu t'attends à ce qu'elle te marmonne quelque chose. Comme un peu plus tôt. Alors, sans lui demander son avis tu te lève et tu vas dans la cuisine. Pour voir ce qu'il y a dans les placards, ce qu'elle a à manger. Il y aurait de quoi. en vérité, t'as la flemme. La grosse flemme de faire à manger. Et c'est pas elle qui va faire cinquante aller retour dans sa cuisine pour faire à manger. Tu reviens au salon et tu pose le regard sur elle, elle a encore les sourcils froncés. Tu t'appuie à l'encadrement de la porte. Attendant une réponse, qu'elle t'as peut être donné quand tu étais à la cuisine.

T'en as marre. T'en as marre de cette ambiance. Oui, ça t'énerve. Et tu ne tiens plus. La franchise reprends sa place. « Écoutes j'suis là cette nuit que tu le veuille ou non, mais s'il te plaît, évite de passer ta nuit à faire la gueule, parce que ça va vite nous saouler, autant toi que moi. Et personnellement ça me saoule déjà depuis un moment. » T'as peut être été trop cru, mais c'est toi, t'es comme ça. « J'suis désolé si j't'ai vexé, c'était pas le but. Si j'suis venu à l'hôpital c'était pas par pure ambition de sécher les cours. » Tu la regarde et les derniers mots ne sortent pas. Ou du moins, ils restent bloqués, un instant. mais tu finis par les lâcher, parce que vous ne pouvez pas la soirée dans une ambiance aussi tendue. « Ouais, j'suis venu parce que j'étais inquiet. » T'as plus qu'à espérer qu'elle te demande pas de le répéter. Elle peut toujours rêver.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Indentité
WHEREVER YOU ARE

ICI DEPUIS LE : 01/09/2014 MESSAGES : 48 ≈ ÂGE : 28
≈ DANS LA VIE : étudiante en communication audiovisuelle
≈ QUARTIER : à saint blaise, dans l'est de paris ! mais je vise trocadéro, faut juste que je rencontre un homme riche haha !
Mes liens

Voir le profil de l'utilisateur
posté Dim 23 Nov - 0:28

Depuis qu'ils étaient rentrés de l'hôpital, Emily n'avait pas ouvert une seule fois la bouche, ne desserrant les lèvres que pour soupirer ou souffler. Elle avait allumé la télévision et ne l'avait pas quitté du regard. Elle était déçue, attristée et énervée. Elle lui avait servie d'excuse banale pour un de ses cours, il ne s'était pas inquiété, elle aurait très bien pu se casser une jambe, se faire une commotion cérébrale, ou tomber dans le coma – bon elle exagérait mais qu'importe – il s'en ficherait totalement. Alors oui, aucun regard, aucun mot. Elle devait néanmoins s'accoutumer de sa présence pour cette soirée et cette nuit comme l'avait demandé le médecin alors qu'elle avait bien précisé qu'elle n'avait pas besoin de quelqu'un pour la surveiller, qu'elle était assez grande quand même ! Mais qu'importe ce qu'elle disait, il n'en avait fait qu'à sa tête, l'avait fait grimper dans un taxi et ramené chez elle, la suivant. Elle aurait du lui fermer la porte au nez, tiens. Déviant du programme télé, elle observa l'extérieur par les fenêtre, assise sur son canapé, il commençait à faire nuit. Elle ne voulait pas lui parler, mais elle avait faim. Sa petite aventure lui avait creusé l'appétit en plus. Emily savait que si elle tentait le moindre mouvement, il la ferait rasseoir immédiatement. Parce qu'il se souciait pas vraiment, mais pour aller contre elle, il était le premier.

Finalement il brise le silence, demandant si elle avait faim, indiquant qu'il pouvait cuisiner ou commander. Le voilà déjà parti à la cuisine, elle ne prit pas la peine de répondre, soufflant. Ça l'énervait. Ça l'énervait que ça soit devenu comme ça entre eux. Elle voulait tant le retrouver comme avant, retrouver Wang. Elle n'avait toujours pas eu de réponse sur cette fantastique transformation en Eloan. Elle ne remarqua pas qu'il est revenu de la cuisine et qu'il attend. La jeune femme réfléchit. Il fallait qu'elle fasse quoi pour avoir des réponses, pour comprendre pourquoi elle ne reverrait sans doute jamais Wang. Elle pouvait très bien apprécier Eloan, mais pas aussi fort que Wang tant qu'elle n'aurait pas eu de vraies réponses. Sa voix la fait légèrement sursauter et elle tourna la tête vers lui, le regard encore sombre. Emily serra les dents, détournant la tête, ne disant rien, il n'avait pas tort, mais cette façon de le dire. Elle attendit la suite, muette. Néanmoins la fin attise sa curiosité, elle repose son regard sur lui, le regard plus appuyé. Alors pourquoi était-il venu ? Sa réponse la laissa pantoise. Elle lui demanderait presque de répéter mais savait qu'elle pourrait toujours rêver. La jeune femme déglutit avant de répondre. « Pourquoi tu l'as pas dit avant ? Ça t'apporte quoi de cacher la vérité, hein ? À part blesser les autres ? » Phrase à double sens, s'il comprenait, elle espérait avoir de vraies réponses ce soir. Quoi que, même s'il comprenait, il ferait comme si de rien n'était sans doute. Elle soupira avant de se redresser légèrement, s'étirant, elle était restée assise trop longtemps.

« T'as qu'à me faire à manger pour te faire pardonner. » dit-elle, moue aux lèvres. « Pour une fois que ça sera un homme aux fourneaux, j'vais aller chercher mon appareil photo pour immortaliser l'instant. » Oui elle imaginait très bien la scène, tentant de tenir sur un pied, avec une béquille et un gros appareil photo dans la main, et sans doute avec Eloan qui râlerait lui intimant l'ordre d'aller se rasseoir. Et finalement, elle fit abstraction des heures qui étaient passées, reprenant une conversation normale. « Au fait, j'ai pas grand chose pour toi ici, et je doute que mes vêtements t'aillent. Dormir nu ça te va j'espère ? Ça me fera des superbes photos aussi je pense. » Un sourire éclaira son visage à l'idée. Non, en fait, elle n'oserait sans doute jamais.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Indentité
WE ARE GOLDEN

ICI DEPUIS LE : 11/08/2014 MESSAGES : 279 ≈ ÂGE : 27
≈ DANS LA VIE : Étudiant en droit
≈ QUARTIER : Paris sud. Triangle de Choisy. Ouais china town mon chou.
Mes liens

Voir le profil de l'utilisateur
posté Jeu 27 Nov - 23:43

Le silence règne et le temps ne passe pas. Elle est là dans son canapé, les lèvres pincées. Elle ne dit rien. Et toi, toi tu la regarde et tu parles pas plus qu'elle. Mais t'as jamais beaucoup parler, contrairement à elle. En général, elle fait la conversation pour deux. en général elle sourit pour deux. En général c'est toi qui tire la tronche et elle qui tente de te dérider. Oui, en général, dans le passé. Maintenant, tout à changé. Du moins, c'est l'impression que tu as. Mais tu ne peux t'en prendre qu'à toi même. C'est toi. C'est toi qui es parti, qui l'as laissé. C'est toi qui n'a pas assuré. C'est toi qui a radicalement changé. Au fond elle est resté la même. Et toi, non. Tu n'es plus le même. Tu n'es plus Wang. Non Wang l'aurait déjà fait sourire. Wang l'aurait déjà pris dans ses bras. Wang n'aurait pas fait la connerie de ne pas lui dire son inquiétude. Mais tu n'es plus celui que tu étais. tu n'es plus Wang. Wang est mort, il a disparu le jour où tu es parti. Mais tu sais. Tu sais qu'au fond, il est encore là, quelque part. Peut être le fera-t-elle revenir. Tu ne sais pas. tu ne sais pas si ça te ferait plaisir ou non.

Quoiqu'il en soit tu te décides à briser la glace. Ce silence trop lourd, pesant, insoutenable. Pourquoi tu le fais. Parce que t'es saoulé. Oui, t'en as marre de la voir tirer la gueule. Alors tu tente de faire la conversation. Mais avec elle, tu n'as pas l'habitude. Tu n'as plus l'habitude. T'es plutôt ouvert en général, tu te casse pas le cul, tu souris, tu vis. Mais pas avec Emily. Parce qu'il faut, oui il faut qu'elle te déteste. Pour son bien. Alors tu laisse ressortir que les mauvais côté. Le côté froid, effrayant parfois. Combien de temps vas tu encore tenir ? Tu ne sais pas. Au fond, t'as envie de la retrouver. Mais tu sais que tu ne fera que la blesser davantage. Parce que ton coeur ne bat plus de la même façon. Parce que tes yeux ne pétillent plus. Parce que tu ne ressens plus rien. Tu reviens de la cuisine et tu laisse sortir les mots. La franchise prends le dessus. Et tu avoues, tu avoues que oui, tu t'es inquiété. Comme un con, tu t'es inquiété, aussi étonnant que ça puisse paraître. Et t'as accouru. Parce que c'était d'Emily qu'il s'agissait. C'est vrai, qu'est ce que ça t'apporte. A toi, rien, à elle, peut être que ça lui évitera de s'attacher à nouveau, d'être déçue. Ouais, ça lui éviterait. Tu sais, qu'elle ne parle pas uniquement de cet incident, mais aussi de tout ce que tu ne lui dit pas.

Et tu ne sais quoi répondre. C'est vrai, tu vas lui donner quoi comme raison. tu soupire et finis tout de même par lâcher. « ça évite au gens de s'attacher inutilement. » Qu'elle comprenne ou pas, tant pis. tu n'en diras pas plus. D'ailleurs tu la regarde, avec sa moue sur les lèvres. tu n'as qu'à lui faire à manger. Ouais, si encore il y avait de quoi. Préjugés. tu arques un sourcils, quoi, elle n'a jamais vu un mec cuisiner ? Ouais, tu cuisines, t'as pas le choix sinon tu manges pas. « C'est pas si exceptionnel que ça.. » Ou du moins, pas dans le monde des étudiants, des étudiants.. autres que tous ces fils à papa. tu finis par esquisser un sourire à ses dernières paroles. Bizarrement tu imagine qu'elle n'avait vu que le côté.. classique, basique du fait de dormir nu. Toi tu ne dors nu qu'après avoir couché. Mais tu te doutes bien que c'était pas ce qu'elle te proposait. « Disons que je dors nu que dans certaines conditions. » Tu la regardes et souris en coin avant de t'empresser d'aller à la cuisine pour éviter de te prendre tout objet volant identifié ou non. Tu regardes à nouveau dans les placards et dans le frigo pour vous trouver de quoi vous nourrir ce soir.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Indentité
WHEREVER YOU ARE

ICI DEPUIS LE : 01/09/2014 MESSAGES : 48 ≈ ÂGE : 28
≈ DANS LA VIE : étudiante en communication audiovisuelle
≈ QUARTIER : à saint blaise, dans l'est de paris ! mais je vise trocadéro, faut juste que je rencontre un homme riche haha !
Mes liens

Voir le profil de l'utilisateur
posté Sam 29 Nov - 2:34

Elle n'aurait jamais parié que c'était Eloan qui allait briser le silence et à vrai dire, elle ne savait pas si elle l'aurait fait. Rester dans le silence jusqu'à demain matin, en comptant tous les réveils pendant la nuit, ça lui aurait fait un peu de mal, mais ce qu'il avait dit l'avait tellement blessé qu'elle espérait que ce jeu du roi du silence allait le pousser à arrêter d'agir comme un con. Arrêter de ne pas lui parler, de ne rien lui confier. Mais au final, il avait tenu un moment avant de craquer. Craquer signifiait peut-être qu'il n'était pas si peu attaché à elle finalement, non ? Du moins elle l'espérait. Surtout qu'il venait de lui avouer que s'il avait accouru à l'hôpital ce n'était pas pour éviter un cours ennuyant, mais bien pour elle. Pour elle seule, parce qu'il s'était réellement inquiété. Franchement ça l'aurait tué de l'avouer dès le début ? Qu'est-ce que ça lui avait apporté de lui mentir comme ça ? Qu'est-ce que ça lui apportait de ne rien dire ? Elle n'hésita pas à lui demander, remémorant par la même occasion le fait qu'il ne lui avait toujours rien dit à propos de sa venue à Paris, de ce qui s'était passé pour qu'il parte sans rien et qu'il soit devenu comme ça, aussi différent. Sa réponse la fit soupirer. Entre Wang et Eloan il y avait définitivement un grand fossé. On pourrait presque douter qu'ils soient une seule et même personne. Ou alors y avait une histoire louche de jumeau caché. Ou alors elle avait trop lu cette série de bouquin qui la passionnait depuis plusieurs semaines.

« Ça t'évite surtout de dévoiler ce que tu ressens vraiment, à croire que tu as peur de ce que tu ressens. C'est pas en cachant tout que tu pourras avancer. » souffla-t-elle, dépitée. « Tu compte repartir c'est ça ? Quitter Paris sans rien dire comme pour Amsterdam ? Sache que je te chercherais encore et une fois que je t'aurais trouvé, je viendrais te botter les fesses. » Il l'agaçait un peu, mais pas vraiment assez pour qu'il l'énerve réellement. Et puis il pouvait facilement se faire pardonner en lui faisant à manger. Les hommes au fourneaux pour une fois. Elle lui jette un coup d'oeil avant de hausser les épaules. « Je dois fréquenter trop de gens qui se font livrer alors. » À vrai dire, elle était pareille, mais savait se cuisiner des plats de temps en temps quand elle en avait l'occasion. Mais généralement, elle était trop préoccupée par un projet à rendre qu'elle commandait. Finalement comme si les heures d'avant n'avait pas existé, la jeune femme informa Eloan qu'elle n'avait rien pour lui chez elle et que dormir nu serait sa seule solution pour ce soir. Bien entendu, elle avait dit ça pour rire, il ne ferait jamais ça, hein ? Sa réponse la laissa muette avant qu'elle n'attrape un coussin pour le lui envoyer, mais il était déjà retourné dans la cuisine. « *Dwaas ! » Le pauvre coussin qui n'avait rien demandé, rebondit contre le mur avant de tomber au sol. Ne disant rien sur le coup, elle croisa les bras. En même temps, à quoi elle aurait du s'attendre ? Qu'il l'ai attendu pendant tout ce temps, sans jamais regarder personne d'autre. Soupirant, elle récupéra ses béquilles, elle attrapa son appareil photo au passage et s'appuya contre l'encadrement de la porte, prenant une photo avant de commenter. « Ça cuisine pas trop ici hein, j'attends. » Posant l'appareil sur une table proche, elle le regarda. « Et vu que je ne compte pas te sauter dessus ce soir, ou alors juste pour t'assommer avec mes béquilles, eh bien tu dormira habillé. » dit-elle, moue aux lèvres. La jeune femme s'avança  jusqu'au plan de travail et grimpa dessus, posant ses béquilles à côté. « Je te surveille. T'as trouvé un truc ? » Elle avait fait des courses récemment … enfin normalement. Sinon il y avait toujours des prospectus sur la table qui seraient ravies de délivrer un numéro de téléphone pour qu'on leur livre de la nourriture. On arrête pas le progrès.


*dwaas : imbécile/idiot en néerlandais

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Indentité
WE ARE GOLDEN

ICI DEPUIS LE : 11/08/2014 MESSAGES : 279 ≈ ÂGE : 27
≈ DANS LA VIE : Étudiant en droit
≈ QUARTIER : Paris sud. Triangle de Choisy. Ouais china town mon chou.
Mes liens

Voir le profil de l'utilisateur
posté Ven 12 Déc - 22:27

T'es assez con au fond. T'as été assez con pour aller la voir à l'hôpital, t'as été assez con pour t'inquiéter, tu l'as raccompagner chez elle, tu comptes bien la surveiller toute la nuit, mais t'es pas foutu de lui dire que ouais, tu t'es inquiété, parce que quoi ? Parce que tu veux pas qu'elle se raccroche à ce sentiment qui t'as gagné,à cette inquiétude. Et pourtant, tu lui a dis, imbécile. Pourquoi ne pas l'avoir dit plus tôt, c'est vrai, pourquoi ? Parce que t'es juste trop con pour l'avouer, t'as cette foutue fierté, ce foutu côté que tu veux cacher, ne pas montrer. Et tu réponds, que c'est pour que les gens ne s'attachent pas inutilement. Mais au fond, les gens t'en a carrément rien à faire, c'est vrai, qu'est ce que ça te fait à toi que les gens s'attachent, rien quedal tu ne ressens rien. Comme tu le fais depuis que t'es là, à Paris; Mais Emily, non Emily tu ne veux pas qu'elle se rattache à toi, parce que tu sais que tu vas la détruire, tu sais que tu n'es plus le même et que ça va la blesser. Elle l'est déjà, blessée, au fond. t'es pas doué, voilà tout. Alors, ouais elle a pas tord, ça t'évite de dévoiler ce que tu ressens. C'est mauvais, peut être. Peut être pas, tu t'en fous, de toute façon tu ne ressens pas gros chose. Bizarrement il n'y a qu'elle qui te fasse réagir de la sorte. Pourquoi ? C'était il y a dix ans, dix années sont passées et pourtant tu te sens encore obligé. Obligé de la protéger, de la conserver. T'es niais, t'es naze, t'es ... Il n'y a pas de mots pour te décrire, et pourtant t'es là et tu sais même pas quoi lui répondre. Tu pourras as avancer si tu cache les choses, tant pis tu n'avanceras pas, ou alors, plus lentement. Qu'est ce que ça peut te faire, de toute façon, tu n'as pas d'ambition particulière. Ce que tu vas faire de ta vie, t'en sais rien. alors tu te contente de hausser les épaules, de toute façon il n'y a rien à dire.

Est ce que tu vas repartir, encore, fuir ? Non. Pourquoi, tu n'as rien à fuir au fond. Elle, peut être ? Non, elle était bien la seule que t'as regretté d'abandonner. Et pourtant tu l'as fait, t'es parti, sans rien dire, sans rien prévoir. T'es juste parti et tu t'es retrouvé là, à Paris. Un fin sourire mi jaune mi moqueur peint ton visage alors que tu lui coupe la parole. « Je comptes pas partir. » C'est pas parce que t'as peur qu'elle te botte le cul, non ça.. T'en a rien à cirer, elle a pas assez de force, tu le sais. Mais non tu ne partiras pas, t'aime bien cette ville au fond. Tu t'y es attaché, bizarrement. T'aime déjà plus que Amsterdam. Bref, là n'est plus la question. Les hommes aux fourneaux, rare, ouais, tout dépend de qui, où et quand. Enfin bref, elle fréquente trop de gens qui se font livrer, peut être. T'en sais rien, vous vous voyez pas tant que ça, au final. Pourtant, comme si vous n'aviez jamais été séparé t'arrives encore à trouver un moyen de la chercher, tu la taquines. Elle a posé une question facile t'y es pour rien. Il vaut mieux pour elle à ce qu'elle ne te croit pas innocent, pure, sage. Non, loin de là. T'as bien changé, elle a remarqué, n'est ce pas. T'as fui, tu t'es éclipsé et l'objet qui t'était destiné s'est écrasé contre le mur. Tu vas pas aller voir ce que c'est parce que tu pourrais t'en prendre un autre en pleine face, très peu pour toi. Imbécile, oui, c'est toi. Tu cherches quoi manger, t'as pas d'idée. tu tournes à peine le regard vers elle lorsqu'elle entre et commente. Non tu ne cuisine pas tu cherches quoi faire. Tu vas finir par faire juste des nouilles, ou un truc dans le genre, d'ailleurs ouais, voilà. Tu sors un paquet de nouilles avant de faire chauffer de l'eau. « Je vais pas dormir alors t'inquiètes pas pour ça. » C'est pas important, et non tu ne comptes vraiment pas dormir. T'es le genre à faire des insomnies de toute façon et puis, t'es censé la surveiller, pas pieuter comme un vieux. « Des nouilles ça te va ? De toute façon j'ai pas envie de faire autre chose, alors.. » Alors voilà, tu lui laisses pas le choix, au final. Tu attends que l'eau soit chaude avant de préparer tout ça. Tu reste ssilencieux le temps de la préparation, de toute façon tu ne sais pas quoi dire. Et tu n'as rien à lui raconter, sa journée, non tu sais comment ça s'est passé, alors.. et bah tant pis. Une fois que tout est prête tu vous sers chacun un bol de nouilles et la regardes. « Tu comptes manger là où on peut aller au salon ? » T'attends sa réponse, qu'elle ait le choix, vous êtes chez elle après tout.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Indentité
WHEREVER YOU ARE

ICI DEPUIS LE : 01/09/2014 MESSAGES : 48 ≈ ÂGE : 28
≈ DANS LA VIE : étudiante en communication audiovisuelle
≈ QUARTIER : à saint blaise, dans l'est de paris ! mais je vise trocadéro, faut juste que je rencontre un homme riche haha !
Mes liens

Voir le profil de l'utilisateur
posté Dim 14 Déc - 3:15

Eloan était compliqué. Il compliquait tout car il ne parlait pas, ou alors il cachait ce qu'il ressentait véritablement, son but, pour éviter qu'elle ne s'y accroche. Elle avait bien compris son truc. Elle avait l'impression d'être prise pour une poire. Une petite poire mais une poire quand même, car au final il n'était pas méchant avec elle. Mais elle savait pas comment s'y prendre avec lui, elle avait envie de lui mettre deux baffes, qu'il arrête de se comporter comme un con avec elle. Et surtout elle avait peur qu'il reparte de nouveau, qu'il la laisse encore une fois, sans rien dire, sans un mot, sans une adresse. Si jamais il rechangeait de nom, elle était encore bonne pour partir à la recherche d'une aiguille dans une botte de foin. Elle avait réussi une fois, mais pas sûre qu'elle y arrive une deuxième fois. Il n'avait pas l'attention de partir. Bien, bonne nouvelle, mais est-ce qu'il allait s'y tenir vraiment ? Elle était plutôt triste de savoir qu'elle n'avait pas compté suffisamment à Amsterdam pour qu'il reste, alors ici, à Paris, elle n'avait aucune chance. « De toute façon je pourrais pas te retenir de partir de Paris si tu le voulais quand même, vu qu'on était censé être proches à Amsterdam et que tu es parti quand même. » souffla-t-elle, plus pour elle-même. Enfin, il était prévenu, s'il tentait, elle venait lui botter les fesses, lui faire regretter ça. Oui, oui, elle était très convaincante.

Non franchement ce comportement, elle n'en avait pas l'habitude. Emily venait de lui lancer un coussin pour avoir osé dire quelque chose qu'il n'aurait jamais dite auparavant. La jeune femme râla dans son coin un moment, elle avait loupé sa cible, néanmoins, elle récupéra ses béquilles et entreprit d'aller jusqu'à la cuisine. Armée de son appareil photo, elle en prit une, au moins elle aurait une photo à montrer si jamais elle devait entamer de nouvelles recherches. Reposant l'appareil, elle alla s'asseoir sur le plan de travail, posant ses béquilles contre le bord. « J'ai faim. »a-t-elle en souriant pour l'embêter avant de le regarder faire. Le rassurant sur ses intentions pour ce soir, elle le regarda, battant doucement des pieds pour ne rien heurter. « Tu vas pas rester éveillé toute la nuit ? Si c'est ça, moi aussi alors. On regardera des trucs débiles à la télé ou … on se racontera nos malheurs. » dit-elle, l'air de rien. Oui, elle pourrait enfin savoir ce qui s'est passé pour qu'il parte sans rien à personne. Enfin elle avait dit ça de la façon la plus innocente qu'il soit. L'hollandaise hocha la tête, approuvant ce choix de cuisine avant de sourire. « Quelle dictature ici. Et si j'avais envie d'un … rôti de bœuf sauce foie gras avec pomme de terre sautés cueillies seulement les jours de pleine lune ? » Elle rit doucement avant de le regarder préparer les nouilles. Le silence s'installa entre eux, mais elle ne voulait pas le briser. Avant ils avaient toujours des choses à se dire malgré qu'ils étaient tout le temps collés et leurs silences n'étaient jamais pesants. Regardant Eloan, elle descendit doucement, reprenant ses béquilles. « Dans le salon, on a qu'à mettre la télé. » Emily retourna au salon et se rassit sur le canapé, avant d'attraper la télécommande et de faire passer les chaînes, s'arrêtant sur quelque chose qui lui plaisait bien. « Merci. » dit-elle en prenant le bol et les baguettes qu'il lui tendait. Le silence s'installa entre eux s'installa de nouveau, seul la télé faisait un bruit de fond. Finalement elle tenta une discussion. « Alors la fac de droit ? Ça te plait ? Pourquoi tu fais ces études là d'ailleurs ? » Elle était toujours en mode, je cherche des infos l'air de rien. Pour en savoir un peu plus sur la personne qu'il était devenu.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Indentité
WE ARE GOLDEN

ICI DEPUIS LE : 11/08/2014 MESSAGES : 279 ≈ ÂGE : 27
≈ DANS LA VIE : Étudiant en droit
≈ QUARTIER : Paris sud. Triangle de Choisy. Ouais china town mon chou.
Mes liens

Voir le profil de l'utilisateur
posté Lun 15 Déc - 2:26

Tu le sens, ce reproche lourd de sens, glisser comme ça, sans prévenir. Il te pique, ouais. C'est vrai, elle a pas tord. elle a le droit de penser comme ça, parce qu'a t'aurais pensé pareil. Et pourtant, tu sais pas pourquoi, ça t'irrite presque de savoir qu'elle puisse penser ça. Censés être proches. Mais vous l'étiez, vraiment, et elle a toujours été la personne la plus importante à tes yeux, la seule qui puisse compter. Wang lui disait, Eloan ne lui dira sans doute jamais, ou alors, pas tout de suite.. ou bien .. Tu ne sais pas. Tu ne sais pas quoi lui dire, au final, c'est vrai, t'as l'air malin là. Tu finis par lâcher tout de même, un peu maladroitement. « T'as toujours été la seule qui puisse avoir une importance à mes yeux. Ouais j'suis partie, mais crois pas que j'en avais rien à battre de toi. » C'est bien plus compliqué que ça et tu sais qu'elle va te le demander. Pourquoi alors. Qu'est ce qui t'as poussé à partir sans rien lui dire. tu ne peux pas lui dire, tu n'as pas envie d'en parler, toujours pas. Tu n'es pas encore prêt. « Je t'ai dit que je t'expliquerai, mais s'il te plaît, me lance pas des piques dans le genre. » Oui, elle veut savoir et au fond, c'est normal, logique. Mais t'as juste pas envie d'en parler, pas pour l'instant, c'est pas simple. Et t'espère qu'elle va finir par le comprendre, et par l'accepter.

Après l'avoir taquiner tu vas à la cuisine, pour préparer à manger. Elle a faim, t'es entrain de t'en occuper, alors qu'elle patiente, un peu. tu tourne le regard vers elle. « Oui je vais rester éveillé, et pas toi, et non, je ne te parlerai pas de tout ça cette nuit. » Oui t'as bien compris, une autre perche encore. Elle cherche, vraiment. Plus elle va chercher et moins elle va avoir de résultat. Il semble qu'elle ne t'ait pas encore complètement cerné. C'est dommage, pour elle. toi qui fait de ton mieux pour la préserver, à ta façon certes, elle ne t'aide pas vraiment. Tu lui annonce ce que vous allez manger et la regarde avant de arquer un sourcil, esquissant un léger sourire. « Tu l'aurai fais toi même, et voilà. » Comme si t'allais passer trois heures à cuisiner, c'est déjà pas vraiment ton truc, mais ut le fais parce que sinon t'as pas de quoi te nourrir, mais faire la cuisine pendant des heures, non, très peu pour toi. Bref tu préparer les nouilles avant d'aller avec elle au salon une fois le repas terminé. tu lui tend son bol et t'installe avec le tien, le posant sur la table basse un instant, le temps que ce soit moins chaud.

Tu tournes le regard vers Emily, elle devrait faire journaliste, ou tu sais pas, mais elle pose beaucoup de questions et toi t'aime pas ça, les questions. Tu t'adosse au canapé sans rien dire un moment, la laissant poser toute ces questions. Au fond, ça t'énerve, t'as vraiment du mal avec ça, les questions, questions, questions. Alors tu réponds, sans grande conviction. « J'sais pas pourquoi j'ai fait droit, pourquoi pas, et non, ça me plaît pas, j'y vais quasiment jamais. » Enfin, à la fac tu y vas, en cours, non. « 'fin j'vais pas en cours, ou rarement.. Pour les examens quoi. » Et bizarrement tu les réussit, tu chope les cours sur internet, révise vite fait, comme tu veux, comme tu peux et tu y vas, un peu à la chance. Bref, t'as vraiment rien à faire là, mais t'y es alors, t'y restes. Tu hausse finalement les épaules et te redresse pour prendre ton bol de nouilles. Tu commences à manger, une ou deux bouchées, ça va t'as pas fait n'importe quoi. C'est pas mauvais. C'est peut être même bon. Bref, assez parler de toi, tu vas la diriger vers autres chose. « Et toi, ça te plaît ? T'as rencontré des gens bien ? » A croire que tu t'y intéresses, un peu.  Des gens bien, tu insinue bien évidemment des gens pas comme toi, parce que t'es pas quelqu'un de bien, non, pas toi.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Indentité

Mes liens


posté


Revenir en haut Aller en bas

Only need the light when it's burning low. (Emily)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» A boire sans soif ! (Shweppes pêche light)
» Rose clair (Light Pink Colour Supplement)
» Qqs recettes light pour Mali et celles que ça intéresse
» Moelleux au chocolat light
» Croissants light

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
M A K E M E C R A Z Y  :: paris city :: Paris Est :: Saint Blaise-